samedi 13 août 2011

Douce-amère en lisière. Bretagne sud, le week-end dernier.

Solanum dulca-mara, une belle vivace d'Europe tempérée et d'Asie occidentale et parente de la Tomate, ici dans le sous-bois breton où j'ai passé le dernier week-end.


Elle ressemblait à la morelle noire (Solanum nigrum) venue spontanément sur mon balcon parisien, sauf qu'ici nous sommes en lisière d'un bois proche du littoral morbihannais, à quelques kilomètres des embruns salés, à l'ombre d'une pinède et des fougères.

Cette Solanaceae prend le nom de Solanum dulcamara : douce-amère, morelle grimpante, crève-chien, herbe à la fièvre.... les formules vernaculaires ne manquent pas pour la dénommer et décrire ses effets!

Les corolles bleu violacé émergaient avec fierté de la lisière, cachées sous les feuilles d'un chèvrefeuille des bois (Lonicera periclymenum) et des hautes frondes des fougères.

Cette vivace liane à croissance très rapide devient ligneuse et privilégie les terrains riches et humides, comme ici où l'on laisse les feuilles mortes sur place et où de vieilles branches d'arbres se décomposent doucement, d'où une terre généreusement pourvue en azote.

Dans quelques semaines ces belles fleurs laisseront place à des baies rouges (et non noires comme sur le Solanum nigra). Leur ingestion ne provoquera que des nausées, tandis que la S. nigra peut être mortelle.

A bon entendeur...

5 commentaires:

  1. Stunning photo, Gabriel. Enjoyable write up.

    RépondreSupprimer
  2. Happy to see you back here, Shyrlene! Thanks for the comment. Hope you're having a nice and sunny summer in Illinois and your Dahlias are well.

    RépondreSupprimer
  3. C'est un poste très intéressant. Solanum dulcamara pousse comme une mauvaise herbe en Amérique du Nord. Mais j'avais toujours entendu appelé 'Deadly Nightshade.' J'ai appris maintenant que c'est Atropa belladonna. Je n'ai jamais vu Atropa, ni Solanum nigrum. Merci.

    RépondreSupprimer
  4. Merci Jordan pour la visite et votre commentaire. La Belladonne (ou Morène furieuse...) a tendance à pousser dans des coupes forestières un peu moins fraîches que le Solanum dulcamara. En France, on trouve la première en basse montagne, sur les coupes des bois secs, sur sol calcaire, parfois les décombres.
    A la Renaissance, les belles Italiennes se servaient du suc de ses baies pour dilater leurs pupilles et approfondir ainsi leur regard velours...

    RépondreSupprimer